Le Kam-chat-ka, exactement !

Le Kam-chat-ka, exactement !

Pour le lancement de notre nouveau site et de son blog, rien ne nous semblait plus logique que de vous parler de notre camp de base de l’hiver : le Kamchatka.

Ces lignes rappelleront certainement des souvenirs aux chanceux qui connaissent déjà cet endroit unique et donneront envie de sauter le pas à ceux qui hésitent encore.

Là où les volcans et les ours bruns sont rois.

Après quelques 9 heures depuis Moscou, c’est sur le tarmac du petit aéroport de Petropavlovsk que vous atterrirez. En toile de fond, les volcans, cônes majestueux, aux flancs blancs et hauts se jetant dans la mer. Des volcans que quelques privilégiés ont la chance de descendre chaque hiver.

Après avoir été accueillis par l’équipe de Kamchatka Heliski Team à l’aéroport, direction l’hôtel Antarius à Paratunka.

Cette journée d’arrivée commence avec quelques formalités : dépôt des passeports et du papier remis par l’immigration à la réception de l’hôtel contre la remise des clés.

La suite est plus agréable et c’est au bar, autour d’un pot de bienvenue que les présentations se font. Déroulement du séjour, services de l’hôtel et présentation de l’équipe afin de se mettre dans l’ambiance.

Après le repas de midi place au briefing de sécurité qui permettra de revoir toutes les consignes de sécurité (règles à suivre en ski, sécurité avalanche, sacs Airbag, etc..). Théorie et pratique, avec des exercices DVA sur le Drop Zone.

Enfin, repos bien mérité afin de récupérer du long périple et de se préparer à profiter dès lundi des pentes du Kam…

Une semaine hors du réel.

Le rendez-vous se fait devant les racks à skis, le cœur battant à l’idée de monter dans le mythique MI-8 et les jambes fourmillantes d’impatience…

Une fois tout le monde rassemblé, comme à l’école, on suit le lead guide pour rejoindre la DZ et embraquer dans les hélicos.

Premiers tours de pales, le colosse d’acier s’élève, on en reste le souffle coupé.

Une fois le meilleur terrain atteint, le pilote approche puis stabilise l’engin.

Ensuite, tout s’enchaîne… Il faut être rapide et concentré comme expliqué lors des procédures de sécurité de la veille.

Le Lead guide saute de la carlingue pour récupérer les skis qui lui sont passés par un autre guide resté à l’intérieur. Tout le monde descend, se positionne à genoux dans la neige, le masque sur les yeux pour se protéger des éventuelles projections de neige.

Puis l’hélico s’éloigne, laissant place au silence… Un silence aussi étourdissant que la vue. L’océan se faufile entre les fjords blancs, mer et montagne ne semblent faire qu’un.

Après la contemplation, place à l’action.

Davaï ! La pente est là, large, longue et vierge de toute trace.

Les virages s’enchainent et la sensation de liberté est totale… Au bout des ses 2500 mètres de dénivelés se trouvent les galets de la plage.

Le plus jouissif : penser que ce programme est celui de la semaine !

 

 

 

 

 

 

Mais le Kamchatka réserve d’autres surprises : descentes le long d’une coulée de lave en fusion, rencontre avec une colonie de lion de mer, passage d’un ours, courbes autour des fumeroles…

Une question se pose : est-on aux origines du monde ou plus très loin du paradis ?

Ces journées de ski ultime seront aussi ponctuées de moments hautement conviviaux.

Autour du barbecue des spécialités locales (crabe royal, saumon…), d’une bonne bière ou d’une vodka c’est le moment de partager ses impressions sur ces journées mémorables.

Côté détente, il sera possible de profiter de la piscine chauffée par géothermie de l’hôtel (ouverte 24/24) et du sauna en fin de journée.

En cas de mauvais temps, le musée pittoresque de Petropavlovsk permettra de découvrir l’histoire, la faune et la flore de la région. Pour les aventuriers, randonnées en chiens de traineaux ou échappées en motoneige sont également possibles.

Les meilleures choses ont une fin…

C’est déjà dimanche, synonyme du retour à la vie normale après cette parenthèse enchantée.

Après un au-revoir en présence de tous les membres de l’équipe, le retour se fera en mini-bus privé vers l’aéroport de Petropavlovsk.

Le long voyage de retour permettra aux jambes de récupérer et de continuer à rêver encore au Kamchatka et sa magie… voire de commencer à songer au prochain voyage !

Oui, le Kamchatka est addictif…

 

Comments are closed.